Info R.D. Français

La béatification des martyrs d’Algérie et les musulmans

La mère de Mohamed Boushikhi et la sœur de Pierre Claverie. L’évêque et son chauffeur furent assassinés ensemble .

Des musulmans et des chrétiens ont participé à la béatification de ces chrétiens avec qui ils avaient partagé leur vie et qui ont été pour eux des témoins de la présence de Dieu.
Farouk, un Oranais qui a participé avec son épouse à la Vigile, résume ainsi sa forte émotion pendant la célébration : “Ce soir nous étions un en Dieu, musulmans et chrétiens“. Un peu partout en Algérie et en France, mais aussi dans le monde, musulmans et chrétiens, ont communié aux récits, anecdotes et citations délivrés en toute simplicité au cours de la soirée.Lire plus. 

Symposium islamo-chrétien pour fêter les 150 ans des Missionnaires d’Afrique à Pologne

Les Missionnaires d’Afrique intervenant dans le symposium et au fond une Sœur Missionnaire de N.D. d’Afrique.

Dans le cadre des 150 ans de la fondation des Missionnaires d’Afrique (Mafr) et des Sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique (SMNDA), un symposium sur le dialogue islamo-chrétien a eu lieu à l’université catholique de Lublin en Pologne, les 25 et 26 janvier 2019, organisé par les deux instituts.
Pendant le symposium, nous, missionnaires d’Afrique pères, frères et sœurs,  avons mieux saisi l’importance de ce symposium dans le contexte de la société et de l’Eglise polonaise, mais plus important pour nous, ce fut de voir la signification de cet aspect de notre charisme, le dialogue interreligieux, pour la Pologne. Lire plus…

SMNDA à la rencontre du monde musulman

La rencontre du monde musulman figure au cœur des Constitutions de l’Institut des Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique fondé à Alger il y a 150 ans dont je fais partie. Mon service d’infirmière en Algérie à partir de 1958, puis au Burkina Faso et au Mali s’est déroulé dans des pays majoritairement musulmans.  Lorsque je suis revenue dans ce Montréal multiculturel  c’est tout naturellement que j’ai accepté l’invitation de joindre les Rencontres Spirituelles mensuelles du Centre Afrika  où se retrouvaient chrétiens et musulmans. Lire plus.

16 Mai Journée Mondiale du « Vivre Ensemble en Paix »

La célébration de cette journée exprime le désir pour la paix des personnes de toute religion, ainsi que des non-croyants. C’est une étape pour voir notre monde changer. Vivre ensemble en paix consiste à accepter les différences et à avoir la capacité d’écouter, de reconnaître, de respecter et d’apprécier les autres, ainsi que de vivre de façon pacifique et unie. Avec une nouvelle vision, nous pouvons collectivement générer et transmettre une mutation profonde pour construire la société de demain et proposer un outil pour exprimer, haut et fort, cette volonté d’apprendre à mieux vivre et faire ensemble. Plus nous serons nombreux à choisir « mieux vivre ensemble », plus notre engagement changera le monde. Lire plus. 

Rencontres interculturelles: surmonter les obstacles à la communication

La rencontre avec une autre culture peut être à l’origine de chocs profonds en dépit d’un capital de bonne volonté et des principes de tolérance et de respect de l’autre. Pour surmonter les obstacles à la communication avec des personnes de cultures différentes, il faut passer par trois moments… Lire plus. 

Vivre ensemble dans le respect et la paix

Favoriser la rencontre interculturelle
L’interculturalité  se définit comme les rapports, les échanges entre cultures, entre civilisations différentes.  C’est liéé à la no-tion de réciprocité (relation dans les deux sens) dans les échanges et dans la comple-xité dans les relations entre cultures, avec l’idée de sauvegarde de l’identité culturelle des partenaires en relation. Lire plus. 

Sr Pierrette Pelletier et le dialogue interreligieux

Sr. Pierrette Pelletier, SMNDA avec Fr. Bruno, Dominican, interviewed on interreligious dialogue.

Ce qui m’a amené à m’impliquer dans le dialogue interreligieux est l’autre différent. Quand j’avais 6 ans c’était pour nous les protestants qui avaient leur église près de mon grand-père. Des irlandais étaient nos voisins, leurs berceuses entraient par nos fenêtres, nous observions leurs danses carrées,  nous participions à leur feux sur la grève en caramélisant  la guimauve.  Des amérindiens habitaient depuis toujours la région, ils exposaient leur artisanat, et on achetait leurs corbeilles en foin d’odeur et leurs jolis mocassins. Maman nous apprenait à apprécier et respecter les uns et les autres. L’appel pour l’Afrique était bien aussi la manifestation de l’attrait de la différence. Lire plus.

Publicités