Vivre JPIC-RD en communauté

Communité de Neunkirchen (Allemagne)

Par Heidi Arnegger, communauté de Neunkirchen

L’année dernière, Hildegard Nagel nous a expliqué que notre engagement JPIC-RD passe par notre communauté, car peu d’entre nous peuvent sortir dehors en raison de handicaps physiques et mentaux. Voici comment nous vivons JPIC-RD en communauté.

  • Nous nous concentrons sur la façon dont nous communiquons les unes avec les autres, sur la façon dont nous parlons des autres et sur la façon dont nous recevons ceux.celles qui viennent à nous.
  • Nous séparons le plastique, les papiers et le bio; nous ramassons les bouchons en plastique des briques de lait et de jus pour un projet pour les enfants paralysés.
  • Certaines d’entre nous donnent des leçons aux réfugiés de Syrie.
  • Nous nous aidons les unes les autres à être attentives à la manière dont les médias rapportent les problèmes concernant les réfugiés de différentes religions. Nous essayons d’être attentives non seulement aux opinions mais aussi à chercher les différences dans la façon de traiter des personnes différentes.

Tout cela est très petit, mais c’est ce que nous pouvons faire.

L’engagement JPIC-RD vécu par les sœurs à Cologne (Allemagne)

Lucia Spittel dans une maison de soins

Les orientations du Chapitre nous invitent à nous engager avec les gens à la périphérie de la société.

À 81 ans, je m’occupe de personnes âgées qui ne sont pas matériellement pauvres, car elles sont bien soignées, mais qui vivent douloureusement leur solitude. Je leur rends visite dans une maison de soins de notre quartier. À l’arrivée, je découvre qui a besoin d’être réconforté par une visite. Certains d’entre eux, principalement ceux qui souffrent de la maladie d’Alzheimer, vivent dans le passé, donc « virtuellement » je les accompagne chez eux dans leur ancienne maison, et j’en parle, ainsi les souvenirs reviennent. D’autres sont heureux de discuter ou de se faire lire une petite histoire.

Hildegunde Smidt rend visite à une famille syrienne.

Gisela Harth nous a parlé de la prière de Bakhita par les quatre communautés SMNDA  de la région de Cologne.

Berta Maas a animé la recollection communautaire de l’Avent sur «Nous aussi, nous sommes des migrants».

Publicités
Cet article a été publié dans Blog Fr. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s