Action de grâce pour la libération commencée…

Réflexion sur l’hymne de Zacharie (Lc 1, 68-79)
Le préambule à l’hymne de Zacharie   

Au moment où il apprend qu’il va être père, Zacharie n’arrive plus à parler et puisqu’on lui écrit sur une tablette la question, cela veut dire qu’il est devenu sourd, également (Luc 1/20, 62). Sourd il n’a de contact avec le reste du monde qu’avec des signes. Zacharie est donc contraint à interpréter les signes. Ne pouvant plus communiquer facilement avec l’extérieur, Zacharie va se tourner vers sa vie intérieure. Il va scruter ce qu’il a en lui et remonter aussi loin que possible dans ce qui est disponible: sa mémoire. C’est d’ailleurs le sens de son nom, Zacharie signifiant « Dieu s’est souvenu ».

Zacharie va regarder l’action divine le long de l’histoire du peuple d’Israël pour essayer de comprendre quelque chose à ce qui lui arrive, à ce qui est en train de se passer sous ses yeux. Et ce retour de l’action de Dieu dans l’histoire de son peuple lui permet d’éclairer ce qui arrive chez lui (sa femme âgée va enfanter). Il met en relation toutes les pièces du puzzle de l’histoire de Dieu et des hommes afin de voir ce que cela représente pour lui aujourd’hui.

Dans ce travail de mémoire, Zacharie voit et comprend que c’est la force de salut de Dieu qu’agit aujourd’hui dans sa famille. Alors il exprime haut et fort ce qu’il a sous les yeux : Dieu a ressuscité une force de salut (v.69). Oui, « ressuscité », egeirein en grec, l’un des deux verbes utilisés pour parler de la résurrection. Le travail patient de Zacharie se confond avec le travail patient de Dieu qui ne se lasse pas depuis que le monde est monde de susciter et de ressusciter une force de salut.

Zacharie, dans ce cantique, révèle la volonté continue de Dieu qui n’a pas attendu Noël pour s’intéresser à nous. La naissance de Jésus n’est pas le point de départ de l’histoire du salut, mais une pièce qui donne sens au puzzle dont les pièces sont éparses dans notre mémoire. Zacharie nous invite à faire comme lui, à rentrer dans notre mémoire collective dont les textes bibliques constituent la meilleure bibliothèque qui soit. C’est aller au passé pour retrouver le fondement de notre vie, à savoir la miséricorde, la bienveillance (1/72, 78) de Dieu vers l’humanité, son peuple.

Dans ce cantique, nous découvrons que le divin, est cette mémoire collective dans laquelle nous pouvons puiser de bonnes raisons d’espérer encore et malgré tout, quand nous sommes sans voix par ce qui nous arrive, par ce que nous voyons autour de nous. Oui, par le passé, les temps ont été durs, parfois épouvantables, mais le divin est ce qui rappelle à notre mémoire les souvenirs des temps passés qui, aussi sombres qu’ils purent être parfois, ont néanmoins débouché sur un peu plus de clarté et d’espérance, comme pour Zacharie, sur des lendemains de vie nouvelle qui lui ont donné de chanter ce cantique à pleine voix!

D’ailleurs, ce qui se passe autour de Zacharie et de Jean fait référence à l’épisode douloureux du déluge, dans le livre de la Genèse. Le nom du fils de Zacharie, Jean, fait référence au nom du prophète Jonas, un prophète pour un temps de crise, nom qui, en hébreu, signifie ‘la colombe’, cet oiseau que Noé envoya après le déluge et qui, revenant avec une branche d’olivier, signifia que la terre était à nouveau habitable, que l’humanité avait une nouvelle opportunité de vie. De même que le déluge se solde par le fait que Dieu se souviendra de sa promesse d’intervenir dans le monde pour le rendre vivable, le cantique de Zacharie fait mémoire de cette promesse que le monde est bel est bien vivable, que l’espérance de vie s’accomplit en dépit de circonstances pas toujours favorables.

Zacharie et Elisabeth sont sûrs du nom de leur fils : Jean, nom que comme nous avons vu fait référence à la colombe dans le déluge, que l’on retrouvera d’ailleurs au moment du baptême de Jésus par Jean. Cela signifie que Jean nous précède comme le messager qui atteste que la paix est effective, que nous pouvons reprendre le cours de notre existence peut-être malmenée, que nous pouvons sortir de notre effroi, surmonter tel ou tel choc dont nous avons été victime, nous refaire et retrouver notre rôle dans la société.

Ce travail de mémoire nous met sur la voie d’une vie libérée, de ce que le texte nomme le péché (l’esclavage, la dépendance,…) et qui n’est pas une faute morale, mais tout ce qui nous retient, nous empêche de mener une existence authentique, d’accéder à notre pleine humanité. Le péché c’est ce qui fait de nous des fils et des filles de la méchanceté et de la mort, plutôt que des enfants de la miséricorde et de la vie.

Concrètement, de quoi sommes nous libérés? Qu’est ce que la naissance du Christ nous enseigne sur les changements que le divin opère dans notre vie? En quoi la naissance de Jésus donne‑t‑elle du sens au puzzle de l’histoire humaine? L’interprétation de l’hymne de Zacharie nous l’indique clairement.

L’interprétation de l’hymne pour les personnes prise dans les filets de la traite humaine

Cet hymne est une action de grâce pour le salut messianique qui se réalise aujourd’hui dans notre monde, dans ma réalité… Donc c’est aussi un hymne de libération, de transformation qui nous conduit à une vie nouvelle dans la paix (shalom) en rétablissant des relations justes avec nous, avec les autres, avec la nature et avec Dieu.

v. 68 «Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël,

Le Seigneur, le Dieu d’Israël, donc le Dieu de notre peuple, un Dieu connu qui nous protège et nous ouvre au nouveau. Un Dieu dont nous et notre peuple a expérimenté déjà la fidélité et qui se rappelle de son peuple à qui il a traité avec miséricorde. C’est lui qui a délivré le peuple d’Israël de l’esclavage d’Egypte et l’a ramené dans une terre d’abondance de miel et du lait où ils sont libres pour vivre des relations de justice et de respect les uns avec les autres et avec l’étranger. C’est le Dieu qui a « écouté le cri de son peuple » qui « a vu la souffrance de son peuple » et qui « est descendu pour appeler Moïse pour guider son peuple jusqu’à la délivrance». (Ex. 3)

parce qu’il a visité son peuple, accompli sa libération.

C’est un Dieu qui « descend » pour visiter son peuple, chacun de nous, et de façon spéciale ceux et celles qui sont dans des situations de mort, d’esclavage. Quand Dieu « visite » c’est toujours pour intervenir et changer la situation. Chacun de nous fait partie de ‘son peuple’ et sa visite est adressée à moi. Ici son action c’est la libération qu’il accompli et dont nous sommes sûres qu’il réussira à faire en nous. Nous pouvons être sûres qu’il nous libère. Dieu nous visite, « descend » pour transformer la situation d’esclavage et libérer la personne qui s’y trouve.

v.69 et nous a suscité une force de salut

Il suscite à l’intérieur de nous cette force de salut… Il agit avec nous. Il ‘suscite  la force de salut’ mais nous devons y coopérer, y participer avec des décisions qui vont dans le sens de cette force que nous sentons dans notre intérieur qui nous conduit vers la liberté. Cette force de salut c’est l’énergie que nous sentons qui nous pousse à aller dans la ‘bonne direction’, à ne pas abandonner, à nous dépasser, à avoir l’espérance que je peux être acteur.actrice de ma vie et faire de pas vers la libération, jour après jour.

dans la famille de David, son serviteur.

La famille de David, c’est le peuple d’Israël. C’est Jésus qui est membre de la famille de David, et par lui nous sommes devenus membres de cette famille de Dieu d’où vient Jésus (Dieu-sauve). C’est à travers Jésus que Dieu nous donne cette force, car nous appartenons à sa famille.

David, Jésus sont les serviteurs de Dieu, car ils font la volonté de Dieu, ce que Dieu désire : respecter la dignité de toute personne humaine, faire en sorte que chaque être humain et chaque être de la création vive pleinement.  Cette ‘force de salut’ en moi m’aide à vivre cela : devenir ‘serviteur’, collaborer pour que chaque personne soit respectée dans sa dignité d’enfant de Dieu.

v. 70 C’est ce qu’il avait annoncé

C’est un Dieu fidèle qui accomplit ses promesses, un Dieu à qui on peut faire confiance parce qu’Il fait ce qu’il dit, ce qu’Il annonce.

par la bouche de ses saints prophètes des temps anciens:

Il parle à travers des hommes et des femmes, ses prophètes, à travers qui il nous passe ses messages. Aujourd’hui il y a aussi des prophètes, des personnes qui sont pour nous des intermédiaires entre Dieu et nous, des personnes sur notre chemin qui nous aident à voir, à saisir ce que Dieu veut de nous dans ce moment-ci, qui sont les mains et le cœur de Dieu pour nous aujourd’hui dans notre route de libération.

v. 71 un salut qui nous délivre de nos ennemis

La force de salut (un Sauveur) qu’il a suscité en nous c’est pour nous délivrer de nos ennemis, de ceux qui nous font du mal, de ceux qui nous empêchent d’être libres, de devenir les femmes et les hommes que Dieu veut que nous soyons.

et des mains (de la domination) de tous ceux qui nous haïssent!

Cette force de salut (ce Sauveur dans d’autres traductions) nous délivre de tous ceux qui nous font du mal. Haïr quelqu’un c’est l’empêcher de grandir comme Dieu le désire. Donc cette force de salut que Dieu a suscité en nous va nous libérer de ceux qui nous font du mal, qui ne nous permettent pas de grandir, de devenir les hommes et les femmes que Dieu a rêvé pour nous. Cette force de salut va nous libérer de tous ces personnes qui empêchent notre croissance humaine, notre vie en plénitude.

v. 72 Il a montré sa bonté envers nos ancêtres

Ce Dieu fidèle a agit dans le passé en faveur de notre peuple (de nos ancêtres), il les a conduit jusqu’à la libération dans la Terre promise. C’est un Dieu qui agit dans le concret de la vie des peuples et des personnes. Donc j’ai confiance qu’Il agira dans ma vie.

et s’est rappelé son alliance sainte,

Dieu est fidèle à sa promesse, à l’alliance, le contrat qu’Il a fait avec nous, avec notre peuple : ‘Vous serez mon peuple et je serai votre Dieu’. Cela veut dire qu’Il agira en notre faveur, qu’Il nous conduira aussi à la libération comme Il l’a fait avec Israël. Donc nous pouvons avoir totale confiance en Lui. Il nous rappelle aussi que le seul vrai contrat c’est l’alliance qu’il a fait avec nous, que tous les autres contrats et serments ne sont vrais que dans la mesure où ils nous permettent de vivre pleinement cette Alliance avec Dieu.

v. 73 le serment qu’il a fait à Abraham, notre ancêtre:

Il nous rappelle que ce serment qu’Il a fait avec Abraham notre ancêtre est plus fort que tout serment que nous avons fait. Son serment est vrai parce qu’il libère, il nous conduit à la vie. Tout serment qui nous empêche de vivre, qui nous soumet à une autre personne, qui nous tient sous l’emprise d’un autre n’est pas un vrai serment avec nos ancêtres. Il n’y a que le Dieu de vie, le Dieu d’Abraham (notre ancêtre) qui a agit pour libérer son peuple qui a le pouvoir de réaliser sa promesse, son serment. Tous les autres ne sont pas de vrais serments… Nos ancêtres, même s’ils ne connaissaient pas ce Dieu qui libère lorsqu’ils étaient sur terre, maintenant ils le connaissent et c’est leur vrai Dieu, en qui ils sont devenus de vrais ancêtres.

v. 74  après nous avoir arrachés aux mains des ennemis

Sa première tâche c’est de nous « arracher » (en utilisant sa force, son pouvoir) aux mains des ennemis, de tous ceux et celles qui nous empêchent de vivre pleinement, d’avoir la plénitude de vie qu’Il désire pour nous et pour laquelle Il nous a créés. Il nous arrache de tous les liens avec lesquels nos ennemis nous tiennent prisonniers, nous empêchent de nous développer, de vivre pleinement.

Il nous accorderait, de lui rendre sans crainte

Il va nous rendre « sans crainte ». Il va enlever de nous toute peur, toute attache, tout crainte, qui nous lie, qui nous tient prisonnier.ère de nos croyances, de nos fausses promesses, de nos désirs, de nos fantasmes, de nos inquiétudes et de nos angoisses…

notre culte v. 75 dans la sainteté et la justice

Une fois libérés de cette crainte qui nous tient liés, en esclavage, nous serons libres de lui rendre le culte  qu’Il mérite. Lui rendre culte c’est de nous tourner vers Lui, vivre comme Jésus, son fils a vécu. Il nous appelle à être saints. Vivre dans la sainteté, signifie vivre comme  Jésus a vécu « Il passa partout en faisant le bien » (Acts 10,38), « Je suis venu pour qu’ils aient la vie et la vie en abondance », donc non pas centrés sur nous, mais centrée sur les autres, en les servant ; vivre ouvert aux autres, en les aidant à grandir comme personnes adultes, et « dans la justice » en vivant la solidarité avec tous, en faisant justice, et en nous engageant pour transformer notre monde actuel dans un monde juste… (le Royaume de Dieu).

sous son regard

Vivre sous ce regard aimant de Dieu, ce regard d’amour, bienveillant, un regard attentif, de miséricorde qui encourage, qui fait grandir…

tout au long de nos jours

Cette libération, ce retour vers Dieu n’est pas temporel… Il est pour toujours. Notre vie est différente lorsque nous vivons dans la sainteté, la justice, comme Jésus a vécu… et ce sera ainsi tout au long de notre vie…

v. 76 Et toi, petit enfant,

Ce petit enfant c’était Jean, mais ce chant est devenu « liturgie de l’église » ce qui veut dire que ce chant est adressé à chacun.e de nous, donc ce petit enfant c’est moi, chaque personne qui prie ce cantique… Cette nouvelle liberté reçue de Dieu, qui devient une réalité en moi avec son aide et mon effort, est comme une nouvelle vie qui commence, comme un petit enfant qui rend l’espérance à ses vieux parents (Elisabeth et Zacharie) car il arrive quand personne l’espère… Nous aussi nous avons a agir avec cette nouvelle vie reçue comme avec un enfant, en prendre soin, lui donner notre attention pour qu’elle grandisse…

tu seras appelé prophète du Très-Haut,

Cette nouvelle vie, comme cet enfant Jean à qui le premier qui a chanté cet hymne (Zacharie) s’adressait, sera un prophète de Dieu tout puissant… Moi aussi, par cette nouvelle vie reçue et acquise je deviens en prophète pour que ma vie puisse parler par mes actions, par mes œuvres, comme Jésus a parlé par ses œuvres, en agissant comme Jésus a agit. C’est cela être prophète de Dieu pour moi aujourd’hui …

car tu marcheras par devant sous le regard du Seigneur

tu seras un guide pour d’autres, parce que tu marcheras par devant « sous le regard du Seigneur », en faisant ce qu’Il veut : être comme son Fils bien-aimé. Son regard sous lequel j’agirai, je vivrai me donnera la force et la puissance pour faire grandir en moi cette nouvelle vie de service aux autres, de bienveillance envers moi et envers les autres…

 pour préparer ses routes

Dieu vient continuellement dans son peuple, pour le libérer… mais Il a besoin de nous pour être aujourd’hui ses mains, ses pieds, sa bouche, ses oreilles, son cœur… pour être Ses témoins, pour préparer le chemin pour qu’Il puisse être reçu quand Il vient, pour transformer ce monde dont Il nous fait co-créatrices…

v. 77  pour donner à son peuple la connaissance du salut

Notre rôle de prophète c’est de faire connaître au peuple de Dieu, à toute l’humanité, mais surtout à ceux et celles qui sont prêt de nous, ce que le salut de Dieu est : la libération de tous nos liens qui nous empêchent de vivre pleinement la Vie en plénitude, cette vie qui commence ici et maintenant. « La gloire de Dieu c’est l’homme vivant » (St. Irénée)

par le pardon de ses péchés,

Dieu pardonne nos péchés, ce que nous avons fait qui nous coupait de lui, des autres, de nous-mêmes,  et Il renoue la relation avec nous, Il nous fait entrer dans son cercle de vie et d’amour… pour qu’à notre tour nous vivions le pardon et le vrai amour, le don aux autres, autour de nous .

v. 78 C’est l’effet de la bonté profonde de notre Dieu.

Cette libération, cette nouvelle vie est l’effet de la bonté de Dieu qui est amour et qui nous aime d’un amour infini, sans limites, un amour de don total, de communion, de relation.

grâce à elle, nous a visité le soleil levant venu d’en haut

C’est par sa bonté que Dieu a agit envers nous. Dieu vient à nous, nous visite. Il ne nous laisse pas dans notre situation de liens, d’esclavage, de misère, mais Il vient pour nous en sortir. Dieu se déplace, se fait petit, vient à nous là où nous sommes, dans notre misère, dans notre joie, dans notre libération, dans nos difficultés… C’est un Dieu qui ‘descend’ qui vient à nous pour être proche de nous ; un Dieu qui est à nos côtés, dans notre cœur, car l’Esprit de Jésus son fils est en nous ‘.

Le terme hébreux pour soleil levant est le même que le rejeton d’un plante, employé dans la Bible comme « le rejeton de David, de Jessé… » un rejeton dont une nouvelle vie va sortir…

Dieu est le soleil levant, la lumière, la promesse d’une nouvelle journée, d’une nouvelle vie qui commence. Il vient à moi pour être lumière, pour éclairer ma vie et mon chemin…

v. 79 Il est apparu à ceux qui se trouvent dans les ténèbres et l’ombre de la mort,

Dieu vient à nous dans nos morts, dans nos ténèbres, même lorsque nous sommes dans des situations de crise, de mort, de ténèbres, d’angoisse, de peur… C’est là que Dieu aussi se fait présent à nous, pour éclairer ces situations, pour nous aider à nous en sortir… Dans ces situations il vient à nous, est à nos côtés pour nous donner la force de nous en sortir, de nous libérer… Rien par ténébreux que ce soit est étrange à Dieu…

pour diriger nos pas sur le chemin de la paix (shalom).

Tout ce que Dieu a fait pour nous, avec nous et en nous c’est pour que prenions des décisions de diriger nos pas vers un chemin de paix, de bonheur. Le mot shalom  en hébreux signifie  plénitude de vie, c’est le don que vient de Dieu et nous aider à vivre des relations de plénitude avec nous, avec les autres, avec la nature et avec Dieu.

Begoña Iñarra, SMNDA

Cet article a été publié dans Blog Fr, Spirituality. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Action de grâce pour la libération commencée…

  1. Carmen Sofia dit :

    très bon

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s